Histoire

L’histoire de Grise Fiord commence à l’époque des mouvements migratoires de populations du nord-est de l’Asie vers l’Amérique du Nord, par le détroit de Bering, il y a 4 500 ans. Ces chasseurs-cueilleurs de la préhistoire ont transité vers l’est par l’archipel arctique, en quête constante de meilleures aires de chasse. Les peuples de la culture Dorset ont atteint l’île d’Ellesmere il y a de cela au moins 4 000 ans, pour s’établir dans la région, où ils ont découvert des polynies et les eaux du large. On peut aujourd’hui encore voir les vestiges archéologiques de maisons Dorset, les fondations de pierres de leurs cabanes de tourbe et les anneaux de leurs tentes près de Grise Fiord. Veuillez noter qu’il est illégal de troubler ou de prendre les artéfacts d’un ancien site du Nunavut, quel qu’il soit.

Plus tard, il y a de cela environ 1 000 ans, un autre groupe qui migrait rapidement vers l’est lors du réchauffement climatique est arrivé dans cette région — il s’agit du peuple de culture Thule. En utilisant des embarcations en peaux pour le transport estival et des traîneaux tirés par des attelages de chiens en hiver, ce peuple chassait les mammifères marins, y compris la baleine à boréale. Les anciennes ruines de la civilisation Thule sont clairement identifiables par les côtes de baleine boréale qu’on utilisait alors pour bâtir des cabanes de tourbe. Vers l’an 1 000 apr. J.-C., les peuples de la culture Thule rejoignaient l’île d’Ellesmere.

Les sites des civilisations Dorset et Thule se distinguent par leur emplacement. Comme ils ont été établis plus tôt, à l’époque où le niveau de la mer était beaucoup plus élevé qu’aujourd’hui, les sites Dorset se trouvent à l’intérieur des terres, loin de la côte, alors que les sites Thule sont situés près de la côte actuelle. Jusqu’à une période historique récente, le seul peuple qui vivait à Grise Fiord toute l’année était le peuple Thule.

Un petit groupe d’Inuits du Groenland a visité l’île d’Ellesmere dans les années 1860 — dirigé par Qitdlarsuaq, qui fuyait ses ennemis en route vers le nord-ouest du Groenland. Dans les souvenirs évoqués par son neveu Miqqusaq, on apprend qu’ils venaient à l’origine de la baie de Cumberland, de l’île de Baffin, dans la région Qikiqtaaluk. Le périple épique de Qitdlarsuaq est une des dernières rares odyssées évoquées dans les annales de l’histoire orale du Nord.

En 1880, sous le règne de la reine Victoria, la Grande-Bretagne léguait la propriété des îles du Haut-Arctique au gouvernement du Canada. Pour consolider la souveraineté canadienne sur ces terres, le gouvernement fédéral établissait des détachements de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dans la région. Le poste de la GRC à Craig Harbour ouvrait en 1922, situé à la pointe située au sud-est de l’île d’Ellesmere.

Jusqu’en 1922, aucun Inuit permanent ne vivait au nord de la baie de Lancaster à cause de l’instabilité du climat à l’automne. Les tempêtes automnales aux forts vents étaient si violentes qu’elles projetaient la glace marine comme des éclats de verre. Les déplacements dans les chaînes montagneuses voisines étaient également très périlleux à cause des zones de crevasses des nombreux glaciers.

Pour soutenir la souveraineté canadienne sur l’Arctique au cours de la période de la Guerre froide qui a suivi la Deuxième Grande Guerre, le gouvernement fédéral d’ajouter une composante « civile » à la région du Haut-Arctique. En 1953, Ottawa décidait d’y déporter neuf familles inuites du nord du Québec, ainsi que trois familles inuites de Pond Inlet, pour « aider ». Ce geste stratégique était de nature politique, et fut présenté au peuple inuit comme une option « temporaire », assortie d’une promesse de les réintégrer dans leur lieu de vie d’origine s’ils devaient alors le souhaiter. Malheureusement, ces promesses n’ont pas été respectées, ce qui fut d’une difficulté excessive pour les familles déportées. Plus de 40 ans plus tard, le gouvernement du Canada s’est formellement excusé pour cette expérimentation sociale bâclée. Les communautés de Resolute Bay et de Grise Fiord ont survécu à l’épreuve de la déportation et s’épanouissent aujourd’hui de manière florissante. La population locale est très résiliente du fait d’avoir survécu à cette expérience ardue.

Les familles inuites déportées ont été installées à la péninsule de Lindstrom en 1953, à environ 10 kilomètres de Grise Fiord. Le poste de la GRC de Craig Harbour avait été fermé dans les années 1930, mais fut rouvert pendant la guerre froide, en 1951. Les plages de Craig Harbour étaient malheureusement de mauvaise qualité, ce qui rendait difficile le transbordement des marchandises des bateaux vers la plage, sans compter que les lieux voisins étaient peu propices à une éventuelle expansion. Ainsi, en 1955, le détachement de la GRC fut déplacé à Grise Fiord. Le déplacement du poste de la GRC fut parachevé à l’automne de 1956. Avec l’arrivée de la première école de Grise Fiord en 1962, le petit groupe de pionniers de la péninsule de Lindstrom plia à nouveau bagage pour la dernière fois, jusqu’à aujourd’hui, pour se rendre à Grise Fiord.

Le site de la péninsule de Lindstrom demeure un lieu très important pour ceux et celles qui y ont été déportés en 1953 et en 1955, ainsi que pour ceux qui y sont nés et y ont grandi. Ces terres ont une portée spirituelle très forte pour plusieurs membres de la population locale.

Visitez Grise Fiord:
bienvenue au sommet
du globe